Si depuis septembre 2001, le nombre d'émissions de télé-réalité n'a cessé d'augmenter, ce n'est pas pour nous divertir! L'enjeu est beaucoup plus matériel, il s'agit de gagner de l'argent, car la diffusion des programmes de real-TV est très lucrative!

          Une émission comme Loft Story ou encore la Star Academy ne coûte finalement pas très cher, en tout cas, pas plus qu'une série. Tout d'abord, il n'y a pas d'acteurs à rémunérer. En effet, les participants ne sont pas payés mais défrayés (en particulier quand ils quittent leur emploi pour participer à l'émission). Ils touchent en moyenne 500 euros par semaines et 33,33% des montants des cessions de toutes les photos sur lesquelles ils figurent... Un "salaire" bien léger lorsqu'on sait ce que rapporte une émission de real-TV... La Star Academy saison 4, par exemple, a coûté en fabrication 16 millions d'euros pour quatre mois de tournage et a rapporté 100 millions d'euros... Mais d'où proviennent ces sommes colossales?

  • Lors du recrutement des candidats, la première étape passe par une inscription téléphonique payante, en moyenne 40 centimes d'euros. Pour Pop Stars, il y a eu 80 000 candidats... Faites le calcul... Dans le même ordre d’idée, lors de la finale du loft, il y a eu plus d’un million de votes pour la gagnante (Loana), sachant que chaque appel, ou envoi de sms était bien sûr payant.
  • Dès septembre 2001, les ventes d'abonnements pour le câble explosent. Les gens veulent regarder le loft 24 heures sur 24 ! Il y a aussi l’accès payant sur internet pour regarder ces shows en direct, sans oublier les numéros de téléphone où l’on peut écouter en live ce qui se passe.
  • À cela s'ajoute la presse people, friande d’informations croustillantes sur la vie de chacun. Les tirages des magazines augmentent car les téléspectateurs des émissions de real-Tv sont aussi les principaux lecteurs de cette presse "spécialisée".
  • Enfin, il y a la publicité, dont les tarifs sont en hausse pendant les tranches horaires des émissions et qui débourse énormément d'argent pour avoir ses produits annoncés avant l'émission...

festidroithommeaff20052Ainsi, argent, télévision et publicité sont trois mots qui s'accordent très bien dans l'univers de l'audiovisuel! Et pour résumer cette idée, voici une citation de P. le Lay, PDG de TF1 : "Il y a beaucoup de façons de parler de la télévision. Mais dans une perspective business, soyons réaliste: à la base, le métier de TF1 c'est d'aider Coca-Cola à vendre son produit. Or, pour qu'un message publicitaire soit perçu, il faut que le cerveau du téléspectateur soit disponible. Nos émissions ont vocation de le rendre disponible. C'est-à-dire de divertir, de le détendre pour le préparer entre deux messages. Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du cerveau humain disponible".

(Source: L'enfer du décor, J-Marc Morandini, L'Archipel, 2005)

(Image: http://www.commeaucinema.com/images/news/)